Guy Rautureau, le cuir dans la peau


Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/clients/client9/web31/web/wp-content/themes/simplemag/formats/format-standard.php on line 28

Dans le monde de la chaussure masculine de luxe, Guy Rautureau, fondateur de la marque Jean-Baptiste Rautureau, occupe une place à part. Par son style d’abord, influencé par le rock et tout ce qui va avec. Par son histoire personnelle ensuite, puisque ce créateur vient originellement de la fabrication, du « métier ». 

 

Guy Rautureau sait à la perfection comment une chaussure est construite. C’est en homme de l’art autant qu’en artisan qu’il invente ses nouveaux modèles. « C’est un métier qui part de la forme. Une fois la forme trouvée, alors seulement on met des virgules : la piqûre joue son rôle autant que le cuir, autant que la couleur. Rien n’est accessoire, rien n’est standard. » Il suffit de prendre en main une paire de Jean-Baptiste Rautureau pour comprendre ce qui fait sa singularité : l’impression que chaque chaussure est la première de son genre, qu’aucune n’avait été dessinée et finie de cette façon-là auparavant, dans la recherche incessante du détail qui fait la différence. 

 

rautureau1

 

Guy Rautureau est fier de ses origines vendéennes. C’est à La Gaubretière qu’il vit et travaille toujours. C’est là que lui vient son inspiration, dans une petite pièce encombrée d’une incroyable bibliothèque d’échantillons de matières et à côté d’un endroit qui contient rien moins que 30 000 modèles de chaussures créées au cours de sa carrière ! C’est là également que toutes les chaussures Jean-Baptiste Rautureau sont fabriquées. 

 

Pour Guy Rautureau, créer des chaussures d’exception n’est pourtant pas un acte solitaire. Il raconte les liens qu’il a tissés avec ces tanneurs italiens de Santa Croce qui lui réservent les plus belles qualités, les teintures les plus originales, les traitements inédits. Il raconte l’entente profonde, les savoir-faire partagés qui se nourrissent l’un de l’autre : « la matière parle », déclare-t-il. Cette matière première c’est bien sûr le veau, dans une qualité si souple qu’elle permet toutes les audaces. Et puis il y a les peaux exotiques, le python, l’autruche, le crocodile que l’on retrouve réunies en patchwork dans la moto unique et exceptionnelle qu’il a créée récemment en collaboration avec Harley-Davidson. 

rautureau1

 

 

Lire la suite…

 

Written By
More from firstluxe

Cuisine de l’Elysée : A la table des Présidents

Pas de politique dans cet ouvrage, mais … une invitation à pénétrer...
Read More