James Bond 007, l’Exposition, à la Grande Halle de la Villette

Le Barbican Centre et EON Productions ont uni leurs forces pour créer cette exposition exceptionnelle conçue par Ab Rogers grâce à un accès sans précédent aux archives de production d’EON, et en collaboration avec l’historienne de mode Bronwyn Cosgrave et la créatrice de costumes primée aux Oscars® Lindy Hemming.

Depuis ce 16 avril et jusqu’au 4 septembre 2016, la Grande Halle de la Villette accueille James Bond 007, l’exposition, 50 ans de style Bond.

Affiche 40x60

Une fantastique expérience qui vous plonge au cœur du processus de création et de développement du style Bond tout au long de ses 50 ans d’histoire à travers les stars emblématiques, les costumes, les véhicules, les gadgets, les effets spéciaux, les illustrations, les destinations exotiques, les armes, les cascades et les accessoires…

Sont notamment exposés :

L’Aston Martin DB5 de 1964, considérée comme le comble du gadget de James Bond. Le modèle exposé ici fut piloté par Bond sur une route de la Côte d’Azur dans la séquence d’ouverture de GoldenEye. Pour Skyfall, la DB5 de GoldenEye fut modifiée afin de ressembler au premier modèle utilisé dans Goldfinger et elle retrouva sa plaque d’immatriculation d’origine : BMT 216A.

L’Oeuf de Fabergé. Cet œuf de Pâques impérial, que Bond met en jeu pendant une partie de backgammon, est l’accessoire utilisé dans Octopussy. On racontait qu’il s’agissait d’une pièce authentique réalisée par le joailler Pierre-Karl Fabergé. En réalité, cet œuf a été fabriqué pour le film par Asprey, ancien joaillier de la famille royale britannique. Il est orné d’émail vert translucide et de décorations factices, dont de faux saphirs bleus et un motif floral incrusté de strass et contient une maquette du carrosse impérial.

Des Chaussures avec lame à cran d’arrêt. Se présentant comme une femme de chambre de l’hôtel Danieli à Venise, l’agent « No 3 » de Blofeld, Rosa Klebb, pénètre dans la suite de 007 et tente de le tuer avec une lame empoisonnée jaillissant de sa chaussure à lacets droite. Cette paire de chaussures en cuir ornées d’une boucle est un prototype muni d’une lame plus mince que celles qui furent adaptées pour Bons baisers de Russie à partir du modèle décrit dans le roman. La chaussure était « très simple. J’ai ajouté une pointe à la chaussure droite et fabriqué un mécanisme à ressort qui la faisait jaillir », se souvient SydCain.

 

Dents en acier de Jaws - ’Espion qui m’aimait, 1977. © 1977 Danjaq, LLC and United Artists Corporation. All rights reserved.
Dents en acier de Jaws – ’Espion qui m’aimait, 1977. © 1977 Danjaq, LLC and United Artists Corporation. All rights reserved.

Les mâchoires de Requin, dont la forme s’inspire de roues dentées. Comme l’expliqua Katharina Kubrick-Phelps, « elles devaient se refermer et paraître dangereuses, mais ne pouvaient pas être aiguisées ». Ces mâchoires furent conçues pour Richard Kiel qui incarnait un méchant baptisé Requin dans L’espion qui m’aimait. « Il devait les enlever après chaque prise » raconte le réalisateur Lewis Gilbert. « Elles le gênaient beaucoup ». Plébiscité pour sa performance dans ce film, Kiel fit son retour dans Moonraker. À la fin du film, il est l’allié de Bond.

Etc…

Le parcours de l’exposition permet aussi de découvrir l’univers Bond à travers différents angles : les séquences d’ouverture des films, les territoires étrangers, le travail créatif de Ian Fleming, la section Q…

EXPO JAMES BOND

 

EXPO JAMES BONDVous apprendrez plein d’anecdotes sur l’univers de l’agent 007 .. Tout pour devenir incollable !

Le saviez-vous ? Le saut à ski de Bond, réalisé en 1977 depuis l’un des plus hauts sommets du monde dans la célèbre séquence d’ouverture de L’espion qui m’aimait, coûta la bagatelle de 500 000 dollars, ce qui en fit à l’époque la cascade cinématographique la plus coûteuse de tous les temps. Plus de trente ans plus tard, une équipe de 170 personnes travailla sur une scène d’embuscade de quatre minutes et demi filmée pour Le monde ne suffit pas.

Et pour la première fois en Europe, des pièces exclusives issues du tournage de Spectre sont présentées : l’Aston Martin DB10, le costume blanc de Daniel Craig, la robe en satin portée par Léa Seydoux, le pc portable de Q, le corset de Monica Bellucci…

Spectre. © 2015 Danjaq, MGM, CPII. SPECTRE
and related James Bond Trademarks, TM Danjaq. © 2016 Danjaq and MGM. All Rights Reserved
Spectre. © 2015 Danjaq, MGM, CPII. SPECTRE
and related James Bond Trademarks, TM Danjaq. © 2016 Danjaq and MGM. All Rights Reserved

Depuis ses débuts au Barbican Centre à Londres en 2012, Designing 007 a été présentée à Toronto, Shanghai, Melbourne, Moscou, Rotterdam, Madrid et Mexico.

 

Exposition du 16 avril au 4 septembre 2016 à la Grande Halle de la Villette, 211 Avenue Jean Jaurès, Paris 19ème. Tél : 01 40 03 75 75.

De lundi à vendredi , 10H30 – 19H30.

Samedi, dimanche et jours feriés, 9H30 – 20H
.

Fermetures exceptionnelles les 26, 27, 28 et 29 mai à 14h et le 5 juin 2016 toute la journée.

www.lavillette.com

 

( légende photo en une :

Pistoletd’ordeScaramanga-L’hommeaupistoletd’or,1974 © 1974 Danjaq, LLC and United Artsts Corporation. Allrights reserved.)

 

More from Frédérique de Granvilliers

La fabuleuse histoire de Jesse Owens  

C’est l’un des succès de librairie de ces fêtes de fin d’année...
Read More