Jockum Nordström lauréat du Prix de dessin 2015 – Fondation d’Art Contemporain Daniel & Florence Guerlain

Avec la mine gracile de son crayon, le délié de l’aquarelle ou la construction des collages, Jockum Nordström conte des histoires dans lesquelles la mémoire de Stockholm se mêle à la sienne, faisant s’épouser le passé et le présent.

Le XVIIIe siècle, en France ou en Europe, et la période de la Révolution ont notamment passionné Jockum Nordström, tout comme l’architecture de cette époque. Très présente dans la capitale suédoise, il aime autant l’observer in situ que dans ses livres représentant soit une inspiration indirecte, soit des motifs à découper.

« J’ai toujours été attiré par le temps d’avant, même petit, alors que je dessinais déjà. Toutefois, si mes dessins peuvent donner l’impression de renvoyer aux siècles anciens, pour moi, ils parlent d’aujourd’hui. » À tel point que même une architecture ou un animal évoquent pour l’artiste un être humain et ses passions. De là sont nées les multiples scènes érotiques et combinaisons debout, allongées, accroupies…Traitant de l’homme, de la femme et des hiérarchisations dans nos sociétés. « Comme je raconte des histoires, je serais un menteur si je n’abordais pas ce qui occupe une grande part de nos vies. Il s’agit ensuite de composer l’ensemble. »

Son style peut évoquer Henry Darger, qu’il admire notamment pour son sens de l’aquarelle et de la ligne. « Il était très fort dans les couleurs et je pense que c’est un excellent peintre abstrait, tout comme Henri Matisse dont les papiers découpés m’avaient marqué au Moderna Museet. »

Jockum Nordström est né en 1963 à Stockholm, où il vit et travaille. Il a étudié au College of Arts, Crafts and Design, à Stockholm et ses oeuvres font aujourd’hui partie des collections du MoMA de New York, du Hammer Museum de Los Angeles, du Moderna Museet de Stockholm ou du Musée national d’art moderne à Paris. En France, on a pu voir son travail à l’Institut culturel suédois à Paris et au LaM de Villeneuve- d’Ascq en 2013, avec le solo show « Tout ce que j’ai appris puis oublié ». Il est représenté par les galeries Magnus Karlsson, Anthony Meier, Zeno X et David Zwirner.

PrixGuerlain2015_Nordström_I'm a Failure_2011_HD

 

Ce Prix  de dessin prestigieux décerné par la Fondation d’Art Contemporain Daniel & Florence Guerlain est réservé aux artistes, français ou étrangers, habitant ou non en France, mais entretenant avec la France un lien culturel privilégié (au travers d’expositions institutionnelles, d’études…) et pour qui le dessin constitue une part significative de leur œuvre et ce, quelque soit leur mode principal d’expression (peinture, sculpture, photographie, etc.).

Attribué pour la première fois en 2007 et biennal jusqu’en 2009, le Prix récompense les artistes qui réalisent toute œuvre unique sur papier et carton, utilisant les moyens graphiques : crayon, fusain, sanguine, encre, lavis, gouache, aquarelle, pastel, feutre…, incluant les collages et le dessin mural et excluant les procédés informatiques et mécaniques.

La remise du Prix a eu lieu à Paris dans le cadre du Salon du dessin au Palais Brongniart. Le lauréat a reçu une dotation de 15.000 euros et les deux autres artistes sélectionnés, Tomma Abts et Pavel Pepperstein, ont reçu 5.000 euros chacun. Une œuvre du lauréat est offerte par la Fondation au cabinet d’art graphique du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou.

 

Le jury international était composé d’Alexandre de Coupigny (France), Henri Griffon (France), Michèle Guyot-Roze (France) , Aníbal Y. Jozami (Argentine), Don Kaul (Etats-Unis), Heidi Schwab (Suisse), Luiz Augusto Teixeira de Freitas (Portugal) et Daniel et Florence Guerlain.

 

www.fondationdfguerlain.com

More from Frédérique de Granvilliers

Choupette, star d’un livre écrit par son illustre maître, Karl Lagerfed

 C’est le chat Sacré de Birmanie le plus branché de la planète...
Read More