Massimiliano Viccardi ou la Couleur du temps

C’est par un jeu de correspondance mystérieuse que l’artiste Massimiliano Viccardi est aujourd’hui représenté par Dalia Fayed, elle-même peintre. Au 10, rue Saint-Anastase, à deux pas du musée Picasso, s’épanouit une oeuvre qui semble respirer, comme si elle était animée d’une vie d’éternité. Le printemps, saison
de la réconciliation est réinventé au moyen de matériaux qui prennent couleur au gré des toiles et des objets offerts à notre regard. Massimiliano Viccardi explique que ce que nous voyons est le résultat d’un long cheminement. Marches après marches, ce qu’il devine, ce qu’il ressent s’inscrit dans une recherche
où comme pour son amie au prénom de fleur, Dalia, il est question d’attraper l’éphémère et de sauver toute beauté.

Sans titre

Ce qui est en germe ici, c’est le miracle de la création qui passe directement du ciel aux mains expertes d’un ouvrier du temps. Un monde invisible se révèle qui contient l’anxiété et son unique remède, l’art. On se perd dans cette oeuvre surnaturelle comme on aimerait marcher sur l’eau ou flotter dans une forêt.

Flogging
Flogging

 

On imagine Massimiliano Viccardi poursuivant un but qu’il sait impossible à atteindre, et que pourtant il parvient à mettre en forme. Une forme unique qui se déroule sur un fil de soie fragile. A moins qu’il ne s’agisse du fil de soi, au sens de ce qui affleure en lui d’émotion et de communion avec l’univers.

Reconciliation
Reconciliation

http://firstluxe.com/magazines/hiver-2014/#page/49

 

Written By
More from firstluxe

James Denton acteur et mannequin

  De Desperate  Housewive à ... Daniel  Hechter ! (suite…)
Read More