Michael Phelps, la nouvelle égérie très controversée de Louis Vuitton 


Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/clients/client9/web31/web/wp-content/themes/simplemag/formats/format-standard.php on line 28

Michael Phelps suit les traces du champion de boxe, Mohamed Ali, en tant qu’égérie pour la dernière campagne du célèbre malletier français. Suite à la clôture des Jeux Olympiques en août, le nageur américain est devenu l’athlète le plus médaillé de l’histoire.

 

Dans ce cliché, pris par Annie Leibovitz, le champion de natation est assis aux côtés d’une autre grande champion, l’ancienne gymnaste soviétique Larissa Latynina, qui à 77 ans détenait avant Phelps le record du nombre de médailles olympiques. Phelps porte un costume trois pièces avec son sac de voyage Louis Vuitton à ses pieds.

 

La légende lit : « Deux parcours extraordinaires, un seul destin ».

« Ce qui rapproche avant tout ces champions, c’est leur volonté de transmettre leur passion. Une valeur également chère à Louis Vuitton », souligne la maison dans un communiqué. Cette campagne s’inscrit dans la volonté de la marque de s’associer à « des figures emblématiques, qui incarnent un sens de l’exploit et de l’engagement ».

 

Une deuxième image d’Annie Leibovitz a été divulguée sur plusieurs sites Internet le 13 Août provoquant des nombreuses controverses. La photo, qui ne fait pas partie de la campagne officielle, est sortie pendant la période où les athlètes olympiques sont tenus de ne pas participer aux campagnes publicitaire.

 

La règle 40, introduite cette année par le Comité Olympique, interdit aux athlètes d’apparaître dans les publicités sponsorisées du 18 Juillet au 15 août, y compris les périodes avant et après les Jeux Olympiques. La règle indique, «Les participants qui ne respecteraient pas la règle 40, pourraient être sanctionnés selon la règle 23 du Code de Conduite de la Charte Olympique. Les sanctions prévoient en dernier recours la disqualification des Jeux ou bien le retrait des récompenses du participant».

 

Selon son manager, Peter Carlisle, «La seule chose qui compte, c’est de savoir si l’athlète permet cette utilisation. C’est tout ce qu’il peut contrôler. Et, dans ce cas, Michael n’a pas autorisé cette utilisation».

 

Nage t’il en eaux troubles ?  Si le nageur réussit à prouver qu’il n’est pas coupable dans cette affaire, il ne risque rien.

 

 

 

 

Written By
More from firstluxe

La collection colorée de Patrick Roger

En attendant Pâques … La collection colorée de Patrick Roger  Des tons jaunes, orangés...
Read More