Prada fait dans l’élégance psychédélique


Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/clients/client9/web31/web/wp-content/themes/simplemag/formats/format-standard.php on line 28
Pour sa campagne Printemps/Eté 2012, le réalisateur James Lima a imaginé une vidéo décalée, raffinée et kitsch à la fois.

 

Décalée, psychédélique, rétro… sont les mots qui s’imposent après avoir visionné la nouvelle campagne publicitaire de Prada pour sa collection 2012.

Applaudi par plusieurs personnalités du milieu, le court-métrage mêle extraits de film des années 50 et mannequins en shooting, mais également silhouettes de découpes en papier et photographies, le tout monté façon kaléidoscope vidéo.

Le réalisateur James Lima, qui a déjà travaillé avec Versace et Alexander Wang, est resté dans la lignée des courts métrages surréalistes comme l’ont précédemment fait Miu Miu et Cartier, à la différence que celui-ci a choisi une approche différente.

Ici donc, pas d’histoire particulière, d’effet spéciaux ou encore de poses suggestives, mais plutôt un flashback.

Le film nous ramène aux 50’s et s’inspire de la campagne vidéo actuelle de Prada, où la scène se passe devant une station essence de l’époque, digne des clichés de la route 66.

Des pompes à essence, des Cadillac et autres berlingues font office de décor.

Les mannequins Ginta Lapina, Jessica Stam et Lindsay Wixson, transformés en pin-up sophistiquée, se défient du regard, font claquer leurs talons sur le bitume, arrivent et repartent dans leur belle cylindré… tout en présentant les pièces de la collection.

 

Et c’est justement ces images que James Lima a utilisées pour son film : des arrêts sur image découpés grossièrement et intégré aux collages.

Intitulé « Real Fantasies », monté façon américaine, on découvre donc une collection très rétro, des manteaux aux imprimés fleuris, des jupes crayons pastelles, des chemisiers brodés de fleurs, des body en satin… dans un tourbillon de couleurs et de références visuelles des années 50.

Un montage un peu kitsch, qui colle parfaitement à la collection.

 

 

Alors que la dernière campagne Prada Automne-Hiver 2011/2012 avait choqué les mœurs, la marque se rattrape dans ce nouveau spot en ne présentant que des mannequins majeurs, et une mise en scène simple et élégante, dans une vidéo décalée.

Car si la dernière campagne était emprunt de pureté et d’innocence dans les visages et le maquillage des models, les regards aguicheurs, les caresses d’une main sur une jambe mise à nue ou encore le déboutonnage d’un corsage, en plus des poses lascives, a fait hurler les mères du monde entier.

Et pour cause, les mannequins n’avaient pas 17ans, l’une d’entre elles n’avait même que 13ans.

Dans une époque où l’hypersexualisation des plus jeunes est une véritable polémique, on peut croire que la marque s’est décidée à ne plus jouer sur ce terrain sensible et a choisie de jouer avec les contrastes d’époques et de couleurs, plutôt que celui des âges et de la bienséance.

 

kaléidoscope à la Prada

 

extrait du court métrage « Real Fantasies »

 

Extrait du court métrage « Real Fantasies »

 

Extrait de la campagne Prada Printemps/Eté 2012

 

Extrait de la campagne Prada Printemps/Eté 2012

 

Extrait campagne Prada Printemps/Eté 2012

 

Extrait campagne Prada Printemps/Eté 2012

 

Tags from the story
, , , ,
Written By
More from firstluxe

Le Palais des Thés prend ses quartiers à New-York

  La marque Le Palais des Thés ouvre deux boutiques à New-York...
Read More