Rakel Wajnberg : coup de cœur artistique !

« Je fais mon cinéma sur mes peintures ». Passionnée de cinéma, ancienne styliste et mannequin, Rakel Wajnberg fait partie de ces artistes qui touchent et transpercent. De sa passion dévorante, de sa sensibilité au service de son Art, la femme au regard pétillant et au sourire charmant peint ce qu’elle a de plus profond en elle. Mais pas que. Lorsque je la rencontre dans l’intimité de son atelier, le temps s’arrête et ses toiles parlent d’elles mêmes. Regardée du coin de l’œil par son Gainsbourg réinventé, subjuguée par sa Kate Moss dont la bouche est cachée par une bulle de chewing-gum « Malabart », Rakel me présente ses toiles pétillantes, haute en couleur et en histoires. Ce qui me frappe ? L’alliance si parfaite et parfaitement maitrisée des techniques qu’elle a mis au point. Collages, jeux de matières, faux semblants subtiles, font des tableaux de cette autodidacte des œuvres d’Art uniques, authentiques, oscillant entre amour et humour, sensualité et authenticité. Alors qu’un portrait lui sera consacré dans le prochain numéro Firstluxe Signature, la belle nous fait l’honneur de répondre à quelques questions avant de la retrouver lors de notre prochain évènement à l’hôtel Marignan pour découvrir une toile exclusive. Levé de voile… et de toile !

10460130_476708532462586_256002636444924115_n

1/ Comment la passion pour la peinture est-elle venue à vous ?

Je suis née dans un pot de peinture, j’ai toujours aimé dessiner, peindre tout en étant très perfectionniste et… hyper active ! J’aimais et j’étais attirée par le côté « déjanté » des artistes. Lorsque j’étais enfant, le plus beau cadeau qu’on pouvait me faire était une boîte de pastels dont je pouvais contempler les dégradés et les sentir pendant des heures ! Mes professeurs me conseillaient d’être scientifique, mais j’ai suivi ma passion en optant pour des études littéraires et ensuite en Histoire de l’Art. Je me souviens d’un professeur qui me disait « pour être heureux dans la vie il faut faire ce que l on aime ». Aujourd’hui je le suis et chaque matin lorsque je me réveille je me dis « j’ai la chance de faire ce que j’aime » !

2/ Votre univers peut être qualifié de « néo-pop-art », est-ce un style dont vous vous inspirez ?

Au départ ce n’était pas le pop art, mais plutôt une inspiration orientale. J’aime les couleurs chaudes de l’orient, notamment de part les origines de mes parents. J’aime le côté vivant, humoristique et joyeux du pop art plus que les codes en eux-mêmes. Je pioche ce qui me plait, et ensuite c’est comme une recette de cuisine, je me les approprie à travers mes réalisations.

3/ Quel est votre processus de création ?

Avant de commencer chaque toile je l’imagine dans ma tête, je sais exactement ce que je veux exprimer et créer avant même le premier coup de pinceau ! Je marche beaucoup à l’émotion. La toile est donc blanche mais déjà peinte dans mon esprit. Lorsque je débute, je fais le fond, puis les formes, comme un puzzle. Je ne la signe que lorsque est aboutie. Chaque tableau que je le réalise se fait comme une robe Haute Couture, unique et authentique. La création est originale et la personne qui possède une de mes toiles a un produit unique.

4/ Les icones de mode et de cinéma sont très présentes dans vos tableaux, pourquoi ?

C’est mon côté un peu nostalgique… J’aime les mythes du 7ème art, les icones de mode qui ont bercé mon enfance. Le fait de les peindre est ma manière de les rendre immortelles. Pour la petite histoire, j’ai eu la chance d’exposer au Club 13 de Claude Lelouch et ainsi de rencontrer Jean-Paul Belmondo dont les films ont marqué mon enfance. Aujourd‘hui il a une de mes toiles chez lui et j’en suis très fière ! Je n’imaginais pas qu’elle serait un jour accrochée dans son salon mais j’en rêvais secrètement. Idem pour Monica Bellucci, qui symbolise à mes yeux la féminité dans toute sa splendeur et qui possède une des mes toiles la représentant.

5/ Quelles sont vos inspirations majeures ?

Déconnecter, voyager, la musique, les paroles des chansons. Les sources d’inspirations sont aussi dans le travail des autres. Le pouvoir d’un artiste c’est de donner envie et d’émouvoir. La passion, le sentiment amoureux est aussi une inspiration majeure. La peinture est un refuge pour moi. Quand tout va bien, j’ai du mal à créer, à l’instar de beaucoup d’artistes.

6/ Si vous deviez définir votre univers en quelques mots ?

Je suis surtout réceptive à tout, même si je doute toujours ! En 3 mots… La vie, le rêve et la création.

7/ Quels sont vos futurs projets ?

Je suis actuellement exposée dans une galerie à Miami et bientôt à Los Angeles, et prochainement à Paris. Mes envies futures sont de développer ma série « Malabart » et « Cheyennes » et espérer de les retrouver dans une galerie parisienne ! Et bien sur, vous pouvez me retrouver lundi prochain au Marignan pour découvrir la toile spécialement conçue pour Firstluxe !

8/ le mot de la fin ?

En Art comme en Amour, on juge mieux de loin mais pas toujours !

1920094_426122880854485_1739636314_n

More from Frédérique de Granvilliers

Micha, la terre de prédilection des modeuses !

Aujourd’hui, direction l’un de mes coups de cœur modeux parisien : le concept...
Read More