Renoma dans tous ses états

1799912_10203142151697367_1531996923_o

Cette année la Maison Renoma a célébré ses 50 printemps. Un demi siècle de Mode, de Photographie et une philosophie de style et de vie connue et reconnue. A cette occasion, Stefanie Renoma nous a reçus pour une visite guidée dans l’antre de la (dé)Rive Droite. Rock’n’Roll Baby !

first-luxe-renoma6

first-luxe-renoma7

Ne vous fiez pas à son apparence de multimarque arty, le Renoma Komplex Store est bien plus que ça. Située au cœur du 16ème arrondissement de Paris, à mi-chemin entre l’Arc de Triomphe et la Place Victor Hugo, la boutique s’apparente un OVNI modeux où s’abandonner se fait sans modération. Et pour cause ! Fondée en 1963 par Maurice Renoma, l’identité si atypique de la griffe transparait dès le pas de la porte franchi. « Bonjour Mathilde, bienvenue ! ». Regard de biche et silhouette sylphide, Stefanie Renoma vient à notre rencontre, et les yeux ébahis nous découvrons ce que je qualifierais de « cabinet de curiosité artistique et stylistique ».

first-luxe-renoma4 first-luxe-renoma5
Veste Exploreur

first-luxe-renoma13

Ici le rock est une religion et les années 70 qui ont fait le succès de la Maison une empreinte plus perceptible que jamais. Alors que les photographies signées Maurice Renoma mettent en scène le gotha d’une génération, de Gainsbarre et consort en passant par Jacques Dutronc, David Bailey, David Bowie, ou encore Andy Warhol (qui portait à ravir la veste Exploreur), Stefanie se raconte. La belle est une passionnée. Par sa casquette de créatrice qu’elle endosse depuis 2 ans pour sa marque éponyme, et par son amour de l’esthétisme léché qui résulte de l’image qu’elle fait de Renoma. Les pièces phares ? Les dernières nées estampillées de ladite griffe, à savoir une collection capsule de Smoking revisitée à la sauce de Stefanie. Appétissante et symbole même de l’ère du temps. Car si le Smoking est souvent attribué à la pensée proustienne de Yves Saint Laurent, Renoma en a fait son apanage et pas des moindres. Veste ajustée et fittée, queue de pie (sans hésitation ma néo-lubie mode) et pantalon taille haute se conjuguent et s’adoptent (et m’adoptent!) à peine je me glisse dedans.  Si la coupe est d’une précision extrême, la réinterprétation, elle, est audacieuse et d’un minimalisme maitrisé à la perfection. Le chic cher aux lascars est indéniable, le porté féminin et l’androgénie à leurs apogées.

first-luxe-renoma11 first-luxe-renoma10
Veste queue de pie Stefanie Renoma (Prix : 399 €)
www.stefanie-renoma.com

Viennent s’ajouter à mon coup de cœur, le « denim bar » qui a permis à des marques américaines telles que J Brand ou Black Orchidée d’être commercialisées sur l’hexagone, ainsi que le perfecto constellé de sequins argentés, preuve que le vestiaire de Renoma offre des propositions vestimentaires allant du casual à l’ultra-sophistication. Le tout « made in France », of course.

first-luxe-renoma28

first-luxe-renoma14 first-luxe-renoma15
Perfecto Stefanie Renoma (Prix : 485 €)

Avant de quitter le Komplex Store, impossible de passer à côté de l’une des autres cordes de cette famille d’artistes dont le duo père/fille excelle : la photographie. Car oui, elle tient une place plus que primordiale dans l’univers Renoma. Suivant le mouvement, nous descendons les escaliers pour se retrouver au sous-sol de la boutique. En fond sonore sur un téléviseur d’antan, Elvis chante et déambule pendant que nous comtemplons l’exposition éphèmère qui retrace l’évolution de Renoma et du vestiaire masculin au cours de ses 50 dernières années. A l’instar d’un « modographe » averti, tout l’ADN de Maurice Renoma est retranscrit, notamment par des archives exclusives, par des pièces de collections et par l’avènement des yéyés et minets aux blousons noirs. « Toutes nos expositions sont éphémères, elles durent environs 3 mois » nous explique Stefanie. Qu’elle sera la prochaine ? « Tout ce que je peux te dire, c’est qu’elle mettra l’accent sur l’onirisme avec un côté urbain, tu viendras la voir ? ». C’est noté !

first-luxe-renoma2

first-luxe-renoma3

Puis, la pause dej’ sonne. Le mannequin Alex Wetter nous a rejoint et nous charme de son physique asexué et cette classe innée qu’il incarne avec brio pour la collection Smoking réalisée par la créatrice. La visite continue et la générosité dont fait preuve Stéphanie se prolonge. Direction ? Le Renoma Café Gallery, extension de l’esprit Renoma nichée dans le carré d’or, avenue George V. Adresse hybride puisqu’elle juxtapose un restaurant avec une exposition en perpétuelle mouvance de photographies shootées par la famille, l’endroit est (une fois de plus) un condensé de réussite. Chaises arty, carte évolutive et ambiance chaleureuse forment un savant mélange dans lequel se plonger pour un moment hors du temps. Les must-eat conseillés par le maître des lieux  allias Alfred Bernardi ? La Ceasar Salade et la tarte au citron. Verdict ? J’en salive encore ! Et… Merci Stéphanie !

first-luxe-renoma1

first-luxe-renoma17

first-luxe-renoma22 first-luxe-renoma23

Renoma Café Gallery 32, Avenue George V 75008 Paris
Tèl : 01.47.20.46.19

http://www.renoma-cafe-gallery.com

first-luxe-renoma20

Komplex Store
118 rue de Longchamp 75016 Paris
Tèl : 01 44 05 38 33

Renoma
129 bis rue de la Pompe 75016 Paris

www.komplexstore.com/ 

Tags from the story
, , , , , , ,
More from Frédérique de Granvilliers

Frida in Formentera by Acqua Bazaar

Cette  collection de maillots de bains 2015  est inspirée d’un voyage imaginaire...
Read More