REPETTO : DU BALLET A LA VILLE, GRACE ET LÉGÈRETÉ.

L’histoire de Repetto débute en 1947, lorsque Rose Repetto décide de créer une paire de chaussons de danse pour son fils Roland Petit, dans un atelier situé à deux pas de l’Opéra National de Paris. Depuis cette date, La maison est considérée comme le temple de la danseuse, mais pas que ! Lorsque Brigitte Bardot démocratise les ballerines Cendrillon, que Rose lui dédie, en les portant dans le film de Roger Vadim « Et dieu créa la femme », c’est tout l’univers de la danse qui se démocratise et devient objet de mode à part entière. A l’instar de Gainsbarre qui ne quittait pas ses mythiques chaussons « ZIZI » créé en hommage à Zizi Jeanmaire. Symbole du glamour et de l’élégance, porter du repetto c’est s’offrir une part de la grâce de la ballerine.

repetto

Zizi blanches : 235 euros, Vestales: 175 euros
Zizi blanches : 235 euros, Vestales: 175 euros

Rose Repetto installe sa première boutique au 22 rue de la Paix. Cette nouvelle adresse devient le repère des plus grandes étoiles du monde. De Béjart, Noureev, Barychnikov, Carolyn Carlson, le Kirov aux Folies Bergères, tous s’y fournissent en ballerines et tenues de danse. C’est dans cet écrin somptueux que j’ai eu la chance de me rendre, non pas pour y voir les ballerines et autres souliers que nous connaissons toutes fort bien, mais pour rencontrer Emilie LUC DUC, créatrice des collections depuis 3 ans. Elle pénètre dans la boutique rose pastelle, ornée de lustres majestueux, aux airs de contes de fées, telle une danseuse. Gracieuse et menue, elle se déplace dans la boutique telle un petit rat de l’opéra, habillée d’une jupe longue et d’un petit pull à dos ouvert de sa collection, mettant en valeur sa silhouette sylphide. Il se dégage de cette femme une fragilité émouvante, et je vais découvrir que sa collection est à son image.

repetto-paris

repetto-paris

IMG_1498
Emilie LUC DUC

Elle m’invite à me rendre à l’étage, tout aussi somptueux que le rez de chaussée, où sa collection a un espace dédié. Elle m’explique que lorsque Repetto lui demande de lancer sa ligne de prêt à porter, elle ne voulait surtout pas tomber dans le premier degré. Elle souhaitait toutefois garder l’essence même de la danse à  l’esprit. Synonyme pour elle de discipline et de rigueur, elle désirait avant tout adopter une ligne directive épurée tout en conservant la grâce dans le mouvement propre aux danseuses. C’est véritablement dans ses deux énergies que se positionnent ses créations. Il y a une réelle volonté de perfection dans les finitions, avec des hauts très épurés ayant souvent des dos travaillés à l’image des justaucorps de danseuses et des bas tout en volume et en plis.

repetto
410 EUROS
REPETTO
260 EUROS
JUPE 240 EUROS / PULL EN COTON GAINE DE NYLON 260 EUROS
JUPE 240 EUROS / PULL EN COTON GAINE DE NYLON 260 EUROS

Lorsque je lui demande où elle a puisé son inspiration pour créer cette collection printemps-été, elle me répond spontanément « ISADORA DUNCAN ». Danseuse américaine, du début de siècle, qui révolutionna la pratique de la danse par un retour au modèle des figures antiques grecques. Mais surtout une femme qui marqua son époque par sa grande liberté d’expression et qui privilégiait la spontanéité, le naturel, elle apportera d’ailleurs les premières bases de la danse moderne européenne. Isadora qui avait comme leitmotiv l’harmonie du corps, a bouleversé le monde de la danse en osant s’exhiber presque nue, dissimulée seulement de quelques voiles. Et c’est tout ce jeu de transparence, véritable ode à la féminité, tout en subtilité qu’Emilie a su créer dans sa collection.

IMG_1497

Pour retrouver toute la collection d’Emilie Luc Duc : http://www.repetto.fr/la-garde-robe/printemps-ete-2014.html

photo (2)
boutique REPETTO
22 RUE DE LA PAIX 75002 PARIS
01.44.71.83.12

crédit photos : Cadio Coffie

 

Tags from the story
, ,
Written By
More from firstluxe

Morgan prend ses quartiers en Chine

  Le fabricant d’automobiles de luxe britannique, Morgan, rejoint ses compatriotes Aston...
Read More