Révélations 2019 : Le rendez-vous des métiers d’art et de la création au Grand Palais

Pour sa 4ème édition, Révélations, la biennale internationale des métiers d’art et de la création contemporaine, retrouve ses marques du 23 au 26 mai 2019 sous la Nef du Grand Palais pour réunir plus de 40 000 visiteurs et près de 450 créateurs en provenance d’une trentaine de pays. En renforçant encore davantage sa dimension internationale et sa programmation culturelle, en et hors ses murs, Révélations 2019 élargit un peu plus ses frontières et ses ambitions.

Porté par Ateliers d’Art de France depuis sa création en 2013, Révélations rassemble un public prestigieux et en constante augmentation. Grand public, visiteurs amateurs et collectionneurs, architectes, décorateurs, galeristes, bureaux d’achats mais aussi directeurs artistiques de maisons de luxe… Tous se donnent rendez-vous dans ce monument emblématique de la culture française pour contempler ce que les métiers d’art et la création contemporaine internationale réservent de meilleur, et participent à faire de la biennale un événement unique et incontournable.

Car Révélations se démarque en effet par la singularité de ce qu’elle offre à voir : des pièces uniques et audacieuses de près de 450 créateurs, artistes de la matière, manufactures, galeries, maisons d’excellence, fondations et institutions, qui bousculent les codes de la création. Toutes font l’objet d’une sélection exigeante par le comité d’orientation artistique, composé de personnalités internationales issues de la création contemporaine, des métiers d’art, de la presse, de l’architecture, de galeries ou du luxe. Exposées sur un même pied d’égalité tout au long du salon, sans hiérarchie ni artifice, ces œuvres d’exception tissent un lien fort entre créateur et visiteur. La biennale est ainsi pour eux une occasion inédite de se rencontrer et d’échanger, et de plonger le visiteur dans l’intimité des ateliers.

Passez voir l’un de nos coups de coeur, Franck Genser (stand E5) : Entrepreneur-créateur, diplômé de l’École Nationale Supérieure de Géologie, Franck Genser est fasciné par l’âme des objets, leur influence sur les individus et s’intéresse à leur champ. Représentant à la fois ce que vous percevons consciemment et ce que capte notre corps. Il propose des créations originales conçues et faites à la main sur Paris. Renouant avec une tradition d’ébénisterie Française, il n’hésite pas à s’en démarquer pour explorer, développer d’autres techniques, et inventer d’autres méthodes. Chacune de ses œuvres naît d’un processus créatif unique. www.franckgenser.com

Création Franck Genser. Photo : Carl Labrosse

 

Une vision unique incarnée aussi par la scénographie :

Forte du succès de ses éditions précédentes, la biennale renouvelle sa confiance au scénographe Adrien Gardère. Avec ses façades à claires-voies en bois naturel, cette mise en scène transparente contribue à la renommée de Révélations et participe à son esprit et son identité: elle célèbre la diversité de chaque créateur tout en leur donnant une unité, et renforce le dialogue et l’échange avec les visiteurs.

Le Luxembourg à l’honneur

Révélations est un temps fort des métiers d’art européens et internationaux, avec 33 pays représentés soit le double de l’édition précédente. Après le Chili, le Luxembourg est le pays à l’honneur pour cette nouvelle édition: Entre tradition et innovation, le Grand-Duché présentera en majesté toute la diversité des savoir-faire dont il regorge. Quant à l’exposition internationale Le Banquet, colonne vertébrale de l’événement, elle poursuivra son tour du monde en invitant, aux côtés de la France et du pays à l’honneur, 9 autres pays. La biennale renforce ainsi sa dimension internationale de manière significative, que la venue en nombre de visiteurs européens et internationaux vient appuyer.

Fidèle à sa volonté d’être un lieu de réflexion, d’échange et d’émulation, Révélations 2019 développe considérablement sa programmation culturelle et pédagogique. Elle enrichit ainsi son programme Hors les Murs en partenariat avec des lieux historiques, prestigieux ou insolites, à l’instar, de la légendaire Maison Deyrolle, ou de la Maison de Vente aux enchères Drouot. Par ailleurs, véritable laboratoire d’idées, la biennale ne cesse de questionner les mutations à l’œuvre dans le monde de la création à travers des temps d’échanges et de débats, dont un symposium et un cycle de conférences. Une programmation cinématographique et des ateliers créatifs pour les plus jeunes sont encore d’autres pans de ce riche programme.

Ainsi, en relevant d’un cran son ambition à chaque nouvelle édition, Révélations s’impose comme un rendez-vous international immanquable pour l’ensemble des métiers d’art et de la création, un haut lieu d’effervescence et de partage qui dévoile à tous, grand public comme professionnels et prescripteurs, la quintessence de la création contemporaine.

Déjà présent sur le banquet en 2017 et conquis par le succès rencontré, l’accueil réservé par le public et le cadre du Grand Palais lors de cette dernière édition, le Luxembourg a été désigné pays à l’honneur de la 4ème édition de la biennale.

LL.AA.RR le Prince Guillaume, Grand-Duc Héritier de Luxembourg et la Princesse Stéphanie, Grande-Duchesse Héritière de Luxembourg souhaitent mettre la lumière lors de cet événement sur la diversité de leur savoir-faire, leur «richesse géographique et géologique»: «Le fait d’avoir été retenu par le comité est à la fois une marque de confiance et un immense honneur. C’est aussi un sacré défi: présenter de la plus belle manière possible toute notre expertise, illustration de notre riche héritage historique et culturel. » explique S.A.R. le prince Guillaume. C’est aussi pour le Luxembourg l’occasion de jeter une lumière nouvelle sur ses métiers d’art, pilier essentiel de son économie, à l’étranger, alors qu’il jouit auprès du public luxembourgeois d’une notoriété de plus en plus affirmée et positive.

Cette ambition se voit concrétisée par une sélection audacieuse, opérée par le commissaire d’exposition du Pavillon du Luxembourg Jean-Marc Dimanche, par ailleurs commissaire général de la biennale luxembourgeoise « De Mains De Maîtres ». Créée en 2017, l’association « De Mains De Maîtres Luxembourg » a pour vocation, outre la pérennisation de la biennale homonyme créée un an plus tôt, de construire des passerelles avec les pays européens, et de célébrer et d’exporter le savoir-faire artisanal du Luxembourg en développant un programme d’expositions hors frontières. Elle est ainsi le protagoniste idéal pour faire rayonner la présence des artisans et créateurs luxembourgeois au cœur du grand Palais à l’occasion de Révélations.

La sélection de Jean-Marc Dimanche vise à célébrer « la beauté du geste, de la matière, des savoir-faire, et d’émerveiller le public », à travers « un retour aux fondamentaux ». Les œuvres d’une quinzaine d’artistes luxembourgeois d’exception trouveront ainsi leur place sur le stand du Luxembourg, parmi lesquels la céramiste Ellen van der Woude, ou encore les maîtres verriers Camille Jacobs, le duo Jeitz & Calliste, les designers textile et céramique Sarah Meyers & Laura Fügmann, la grande souffleuse de verre Pascale Seil, la céramiste Doris Becker, la peintre sur cire Marie-Isabelle Callier, le sculpteur Tom Flick, et enfin Sandy Kahlich, modiste, Ezri Kahn, artisan couturier, Carine Mertes, créatrice feutrière, Claude Schmitz, artiste créateur de bijoux, les céramistes Léa Schroeder et Marianne Steinmetzer, et Kim-Jung Vu, créatrice de bijoux.

Pour mettre en valeur cette sélection exceptionnelle, le Grand-Duché a choisi Gilles Gardula, l’un de ses plus talentueux designers, pour concevoir la scénographie du Pavillon. Exploitant les cloisons à claire-voie dessinées par Adrien Gardère, élément constituant de l’identité même de la biennale, Gilles Gardula a souhaité y associer une composition graphique de structures circulaires de diamètres et hauteurs variables, qui jouent, à la fois support et décor, avec la verticalité des parois. Le métal s’est imposé au designer, pour son caractère recyclable et éco-responsable, mais aussi pour son ancrage dans la culture et l’histoire du pays. Enfin, un étonnant motif de fleurs pixellisées rend hommage sur le mur du fond à la culture des roses du Luxembourg. Aussi le Pavillon du Luxembourg exprime-t-il la formidable énergie d’un pays à la fois respectueux de son histoire et de ses traditions, mais aussi ouvert au monde et vers l’avenir, que celui-ci embrasse l’art ou les nouvelles technologies.

Quant au Banquet, le pays à l’honneur y réunira les œuvres de quatre créateurs dont l’imaginaire composera une véritable ode au bois, l’une des principales matières premières du Grand Duché, et à la céramique, ancrée dans l’art de vivre national : un service en porcelaine accompagné d’une table en bois issu de la collaboration entre Roxanne Flick et Michael Nätscher, les fantaisies végétales de Catherine Grace Landman, le monde « sur naturel » de Katarzyna Kot-Bach, les architectures organiques de Wouter van der Vlugt.

Enfin, l’exposition Crafting Europe à l’entrée du salon, accueillera le créateur luxembourgeois Jean-Paul Thiefels, sculpteur sur bois.

Ancré au cœur de l’Europe, le Luxembourg regorge de savoir-faire mariant tradition et innovation. Cette formidable diversité, cette vivacité et cette créativité sans limite contribueront ainsi à faire de cette 4ème édition un rendez-vous exceptionnel.

 

A la découverte de six créateurs luxembourgeois en avant-première

Designer, tourneur sur bois, céramiste… mais aussi sculpteur sur bronze ou sur bois, maître verrier ou souffleur, ils seront 23 artisans de la matière à exposer au Grand Palais. Focus sur six d’entre eux.

1 Roxanne Flick et Michael Nätscher
 : Designer de meubles et d’accessoires pour la maison, Roxanne Flick postule que le design doit dépasser la fonctionnalité pour donner à raconter une histoire. C’est pourquoi elle s’entoure d’artisans comme le tourneur sur bois Michael Nätscher. Leur fascination commune pour la précision, l’esthétique, le matériau et les formes, entre artisanat et design, donne vie à des objets esthétiques exceptionnels.

Roxanne Flick et Michael Nätscher, Purpur, 2016-2018 © Roxanne Flick

2 Catherine Grace Landman : 
Ancienne graphiste devenue céramiste, Catherine Grace Landman trouve son inspiration dans la nature, et en particulier dans les plantes. Elle crée des pièces sculpturales ou plus petites, en grès et en porcelaine. Tout son travail est exécuté à la main en utilisant des techniques de laminage à brames, du modelage par colombin, de pinçage et le moulage à la presse. Elle développe sa propre gamme de glaçures cristal.

Catherine Grace Landman, Pincushion, 2018 © Spuerkeess – Flavie

3 Katarzyna Kot-Bath : 
D’origine polonaise, Katarzyna Koth-Bath se forme notamment à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Paris, avant de s’installer en 2002 au Grand- Duché, où elle se fait connaître par ses monumentales sculptures en bronze. Fruit d’une union du bronze et du bois, ses créations portent l’empreinte d’une profonde réflexion sur la nature de l’homme et la nature végétale, sur la beauté, et sur l’éphémère. Membre du collectif Sixhtfloor, elle a reçu plusieurs prix et expose régulièrement au Luxembourg et à l’étranger.

Katarzyna Koth-Bath, Mémoire du Temps, 2018 © Spuerkeess – Flavie Hengen

4 Wouter van der Vlugt : 
D’origine néerlandaise, cet ancien créateur de meubles sculpte le bois depuis plus de dix ans. Chez ce membre fondateur du collectif Sixthfloor, les créations intègrent des éléments architecturaux, qu’il oppose aux formes organiques. Il creuse au plus profond des matériaux pour réconcilier le vide et le volume. Si le bois reste sa matière de prédilection, Wouter van der Vlugt utilise aussi la fibre de verre, un matériau qui lui permet de s’exprimer dans un langage différent.

Wouter van der Vlugt, Linéaire 3, 2018 © Spuerkeess – Flavie Hengen

5 Tom Flick
 : Il construit son parcours artistique après des études de sculpture à Vienne. Il réalise en grès, marbre, granit ou albâtre, ses matières de prédilection, des œuvres développant un langage très personnel, entre abstraction et figuration. A travers la pratique la taille directe, il cherche à faire émerger « un moment dans le temps et son espace », à libérer des formes « à la recherche de la profondeur physique de la matière ». En 2001, il crée avec plusieurs artistes le collectif Sixthfloor.

6 Doris Becker 
Céramiste : Doris Becker vit et travaille à Fischbach, au Luxembourg. Son travail est influencé par l’observation de la nature et les contradictions omniprésentes qu’elle recèle, et par les structures des textures minérales de la terre. Elle participe régulièrement à des symposiums, concours et expositions internationales. Son travail, distingué par plusieurs prix, a également fait l’objet de nombreuses publications. Son œuvre est enfin intégrée dans diverses collections au Luxembourg et à l’étranger.

DORIS BECKER, Origins II, 2018 © photo Luc Ewen

Venez nombreux découvrir leurs créations lors de ce magnifique Salon révélations.

 

Révélations Grand Palais, 
Avenue Winston Churchill, 75008 Paris

Du jeudi 23 au dimanche 26 mai 2019.

Plein tarif : 18 €.  
Tarif plein en ligne : 15 €. 
Enfants de 12 à 18 ans, étudiants, demandeurs d’emploi : 9 €.  Enfants -12 ans : gratuit
 . Visite guidée : 12 €

Ouverture au public, de 10 à 20 h. Dimanche de 10 h à 19 h.

www.revelations-grandpalais.com

More from Frédérique de Granvilliers

Chantilly Arts & Elegance Richard Mille célèbre l’Art de vivre à la Française

Un rendez vous à ne pas manquer ce dimanche 6 septembre à...
Read More