Salomé Partouche : PORTRAIT

Parisienne de naissance, londonienne d’adoption, Salomé Partouche fait partie de ces artistes dont le nom est à retenir ! Rencontré lors de Biennale Next Step le 7 octobre dernier dans une ancienne usine de mogolfières  près de la Lombra (10ème arrondissement de notre capitale), la brune au tempérament de feu à présenter un échantillon de son talent à travers une installation vidéo et ses fameuses machine à sous revisitées… Éclairage !

IMG_8681

Son nom : vous le connaissez. Son prénom : vous allez vous en souvenir. Avis aux amateurs d’Art dont la subtilité créative est au cœur des convoitises, l’univers de Salomé Partouche va vous transcender, vous transporter. Bercée dans le monde du divertissement et du spectacle, la jeune femme puise dans son enfance et mise sur un ADN burlesque afin de s’exprimer. Après avoir fait ses armes en Classe Préparatoire aux Ateliers de Sèvres à Paris, elle traverse la Manche pour poser ses valises au sein de la prestigieuse Saint-Martin School où elle enrichit ses connaissances et affine son identité. Aujourd’hui en 3ème année Fine Art Video 4D (section qui regroupe le dessin 2D, la sculpture mais aussi l’approche du film 3D et de l’image) elle s’attarde sur la notion du son et des visuels dans leurs sens larges.

_MG_0429 2

A tout juste 25 ans, cet électron libre a assimilé très tôt que l’enrichissement personnel et la notion de partage étaient essentiels à son émancipation artistique. Pour se faire elle voyage. Tous les 4 ans, elle regroupe ses souvenirs et son apprentissage pour partir à l’aventure de ses nouvelles sources d’inspirations et d’expressions. Une curiosité dévorante qui l’inscrit aux côtés des globes-trotteuses créatives, sans conteste. Son leitmotiv ? L’interaction avec le public, toujours avec un brin d’autodérision parfaitement maitrisé.

_MG_0433

La preuve en est avec ses fameuses machines à sous revisitées. En effet, Salomé prend du recul quant à son patronyme et injecte sa touche personnelle à la symbolique des jeux d’argent, fer de lance des casinos.

_MG_0416

Ainsi la belle réinterprète ledit objet en sculpture et vice-versa. Bougies à grandeur nature, la jeune femme y imprègne une dimension ludique puisqu’il y a une chance sur deux de trouver un dimant une fois l’œuvre consumée… Mais aurez-vous envie de bruler l’œuvre ou la valeur de l’œuvre est elle dans le mystère ? Telle est la question.

_MG_0409 2

« Je m intéresse et je fais un constat de la valeur d’une œuvre d art au sein du marché de l art contemporain »

_MG_0414

L’ADN de ton identité artistique, elle aime la définir ainsi :
l’envie d’aller plus loin, l’ambition, la curiosité, la lucidité, l’exigence, mais aussi
et surtout la magie, l inattendue et l’émotion.

Tags from the story
More from Frédérique de Granvilliers

Monteverdi, le spot italien attachant de Saint-Germain-des-Prés

Créé en 1970 par le vénitien Claudio Monteverdi, ce restaurant devient très...
Read More