Sans Totem ni Tabou, de Rodolphe Oppenheimer et Sophie Sendra

Ce livre qui vient de paraître chez Ramsay relate le dialogue qui s’est instauré entre ces deux psychanalystes de renom.

Ils échangent sur la politique française et internationale, la philosophie ou la psychanalyse sur une période de six mois. Malgré leurs différences de parcours ou de croyance…

Une correspondance passionnante entre deux intellectuels qui a enthousiasmé Eva Benhamou, Directrice de la Publication de Firstluxe.

 

Un mot en passant alors que je viens de finir Sans Totem ni Tabou …

Que de tendresse, de poésie, de respect et d’intelligence aussi dans vos échanges avec Sophie Sendra.

L’amitié est précieuse tout autant que l’amour et au delà de vos analyses théologiques, politiques, au delà du récit des atrocités dans lesquelles l’Humain sait si bien  se commettre,  il émane une douceur toute particulière de votre correspondance .

J’ai été transportée par la finesse du  raisonnement et par  l’humilité  de Sophie Sendra, un esprit brillant et pétillant que je ne connaissais pas, touchée  également par l’étoffe de votre complicité.

Je vous ai « découvert  »  à l’image de ce que j’imaginais déjà de vous Rodolphe, à vous lire  sur les réseaux sociaux et par le biais de nos quelques conversations….
Profondément et résolument humaniste .
Je me suis perdue au travers de quelques pages aux références culturelles et historiques un peu trop pointues pour mon niveau ( il aurait fallu que je révise et ressorte quelques bouquins ) mais je vous ai retrouvé avec le sourire à l’évocation (par exemple )de  » Adieu Monsieur le Monde  » de Fugain , je ne savais pas que cette chanson pouvait susciter l’intérêt d’une autre oreille que la mienne ) ( mes copines la trouvait ringarde à l’époque !) »où s’en vont « sur le même album s’adresse à nos défunts et je l’écoutais en boucle …
Renaud passe à Lyon le 2 Mai et je file au concert, quand à Bruel je ne me lasse pas de le regarder jouer dans « Un Secret » avec Cécile de France J’ai une profonde admiration pour l’homme dont j’ai dévoré la bio écrite par Claude Askolovitch .
Bruel a écrit » Elie  » une chanson particulière pour moi …
Je fais allusion à vos allusions artistiques car la musique, la poésie , le cinéma m’ont aidée à grandir aussi y suis je sensible …
Souvent  je lis comme je respire c’est à dire sans y penser .
Là j’ai pris le temps de lire en pleine  conscience, comme dirait mon ami Christophe André. J’ai savouré vos échanges.
Et je voulais vous dire bravo à tous deux, en paraphrasant avec humour une certaine Valerie T : Merci pour ce moment !
Évidemment je vous souhaite de vraies belles critiques littéraires venant du Serail ( vous les méritez ) et surtout une belle destinée à ces Correspondances…

Rodolphe Oppenheimer
Rodolphe Oppenheimer

 

Sans totem ni tabou, Ed Ramsay, 19 euros.

 

www.rdvpsy.fr


www.psy-92.fr 

 

 


More from Frédérique de Granvilliers

Tea time de rêve au Meurice

Qui mieux que Le Meurice aurait pu offrir à ses hôtes une...
Read More