Schiaparelli : Défilé Haute Couture Printemps/Eté 2018

« Déesse Païenne, la nuit qui songe, Mythologie du rêve »

« La langoureuse Asie et la brûlante Afrique, 
 Tout un monde lointain, absent, presque défunt, Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique ! Comme d’autres esprits voguent sur la musique,

Le mien, ô mon amour ! Nage sur ton parfum. »

Charles Baudelaire

Paris lundi 22 janvier 2018. Une nature inspiratrice. Un mythe païen. Des contes nubiens aux légendes mauresques. Des royaumes lointains où les femmes ont cette grâce altière et cette élégance hiératique. A cet imaginaire mâtiné de réminiscences élisabéthaines et de traces de munificence de civilisations méditerranéennes répond une envie de matières brutes sublimées par un savoir-faire éminemment raffiné. Cette sédimentation de cultures afro-occidentales révèle une collection de divinités contemporaines telles des apparitions modernes nées d’une féminité cosmopolite.

L’éloge du travail de la main élève le caractère ordinaire de matières naturelles ou synthétiques à un lyrisme empreint de sensualité. La virtuosité des ateliers confère de la poésie au lin, raphia, nylon ou autres sacs plastiques dès lors qu’ils sont tissés avec de la soie, brodés de perles nacrées Swarovski ou tressés de plumes. Force et fraicheur des silhouettes se jouent de textures infinies. De cet éclectisme nait une richesse nouvelle touchant à la quintessence d’un style entre subtilité et ferveur.

L’âme de la collection païenne d’Elsa Schiaparelli et de l’arbre de vie est transposée avec légèreté et transparence. Graciles, les ailes de papillons multiplient leurs battements au rythme des passages brochés en jacquard fil coupé, imprimés 3D, peints à la main, brodés en relief ou en chenille tuftée. Les scarabées s’amusent des dentelles arachnéennes et les insectes parcourent les étoffes délicates. Un esprit animiste semble insuffler vie aux vestes en marqueterie de python rehaussées de cadenas-enluminures.

Le feu sans fumée des djinns embrase la mousseline de couleurs incandescentes. Le cœur ardent d’une robe rose shocking contraste avec les tonalités de terre soleil couchant, ocre savane, rose des sables ou blanc lumière d’été.

 

Crédits : Schiaparelli.

Merci à Beauty Press Fashion Week

 

www.schiaparelli.com

 

More from Frédérique de Granvilliers

Cara Delevingne en Basket Heart by Puma

Pour sa saison automne-hiver 2017, la marque sportive internationale PUMA continue de...
Read More