Trois montres en une : Fugue, nouvelle marque horlogère française

Coup de cœur pour Fugue, née de l’esprit de Leopoldo Celi, passionné et collectionneur de montres depuis ses 20 ans où son père lui a offert sa première belle montre. Poussé par l’envie de créer un produit neuf d’inspiration vintage à un prix accessible, il se lance dans l’aventure. Tout en mûrissant son projet, il contacte Marc Tran, designer industriel pour le constructeur automobile Jaguar, aujourd’hui associé, avec qui il définit les contours de la future montre Fugue. Le concept devient réalité lorsqu’émerge une idée unique et nouvelle : fabriquer un boîtier de montre modulaire.

La marque Fugue prend son envol en 2017. Recherchant une expertise du marché horloger et de nouveaux capitaux pour commercialiser à grande échelle les montres Fugue, Leopoldo Celi est rejoint par Manuel Jacob, ancien Directeur Général de la filiale des montres Zénith France, et Alexis Szewezuk, entrepreneur passionné d’horlogerie travaillant dans le secteur de la mobilité. Ensemble, ils définissent une solide stratégie de marque avant de passer à l’étape de la commercialisation dès février 2018.

Développée et assemblée en Suisse, la Chronostase, dévoilée par Fugue, est équipée d’un boîtier à la construction révolutionnaire dissociant les composants de la montre. Un « container » horloger (cadran et mouvement) s’insère dans une carrure amovible en quelques secondes, par une simple pression des doigts, grâce à un ingénieux système de billes à ressort. Interchangeable facilement pour donner une nouvelle esthétique à la montre, ce garde-temps offre une multitude de combinaisons, le bracelet lui-même venant compléter la palette des options possibles.

Rythmée par un mouvement mécanique à remontage automatique de facture suisse (Sellita), la Chronostase arbore un boîtier en acier inoxydable, protégé par un verre saphir double dôme. Empruntant ses courbes aux tendances futuristes des années 1960, elle mêle des cornes longues et des index épais pour un résultat tout en rondeurs. Sobre mais ne manquant pas de caractère, cette montre affiche des proportions justes tout en révélant une attention particulière portée aux finitions et au traitement des matières.

Se concentrant sur l’affichage de l’heure sans complication, excepté une discrète date à 6 heures, le cadran brossé est décliné en quatre versions – argenté, blanc, bleu marine, noir -, colorés de détails bleu clair et jaune lego. Apposées au centre, deux parenthèses rappellent l’essence même de la philosophie de la marque : un moment suspendu dans un temps insaisissable.

Tirée par l’envie de proposer différentes façons de porter la même montre sans perdre son identité ancrée dans l’âge d’or du design horloger, Fugue dévoile deux nouvelles carrures.

Creusant une approche plus rationnelle inspirée par la standardisation industrielle, la forme 1950 fait passer le diamètre de la montre de 40 à 38 mm. Plus ronde et classique, elle reprend les courbes et l’intégration initiale des cornes. Sa lunette continue permet l’utilisation de pompes et de bracelets deux brins pour un look plus habillé.

Plus brute et radicale, la forme 1970 offre un esthétisme sportif et racé. Monobloc avec une finition microbillée rappelant les codes de l’automobile, elle apporte modernité et élégance au poignet.

Démultipliant le plaisir du choix, Fugue propose ces carrures additionnelles dans un coffret incluant la Chronostase avec sa forme de boîtier des années 1960 et deux bracelets. Editée en série limitée à 150 exemplaires, cette « Trilogie du milieu du siècle » sera disponible à la vente pour les fêtes de fin d’année.

Coffret comprenant la Chronostase avec trois carrures et deux bracelets (cuir et tissu), 1400 euros.

Les montres Fugue sont distribuées chez les Horlogers-Bijoutiers ( Pts de vente : 01 84 60 20 93 ) ou vendues en ligne sur : www.fuguewatches.com

 

 

More from Frédérique de Granvilliers

L’ivresse littéraire au Bristol

Le célèbre Palace marie les plaisirs en célébrant les agréments si complémentaires...
Read More