Une rencontre improbable avec le Baron de Rattenberg


Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/clients/client9/web31/web/wp-content/themes/simplemag/formats/format-standard.php on line 28

Rendez-vous était pris avec le Baron de Rattenberg, porte parole d’une communauté qui se dresse contre les piliers de la Finance Internationale, dans le quartier anarchiste de Kreuzberg à Berlin.

 

 

 

 

Au départ, je ne savais pas trop quel personnage se tiendrait en face de moi. J’apprenais pendant le trajet, que ledit Baron avait été ruiné  par la crise économique en 2007, perdant l’essentiel de sa fortune. Quelques mois auparavant, le destin l’avait tragiquement touché en prenant la vie de sa femme, ancien top-model, qui succomba à ses crises d’anorexie. 

 

 

 

 

 

Anéanti mais point achevé, il décidait alors de s’ériger contre le système en exprimant sa colère au travers d’oeuvres d’art et de créations de mode. C’est ainsi que naquit son projet de montres ciglées FINANCE KILLS. Sans plus attendre, je vous fais partager mon entretien avec ce Baron.

 

 

 

 

 

Depuis quand votre société existe t-elle?

 

Ma société est toute jeune (1 mois) bien que mon projet mûrisse en moi depuis très longtemps..

 

 

Quelle clientèle ciblez-vous?

 

Les jeunes gens essentiellement âgés de 16 à 25 ans mais je dois avouer que nos créations séduisent des personnes plus jeunes encore!

 

Dans quel type de points de vente êtes vous distribués?

 

Nous sommes actuellement disponibles dans les « concept-store’. Evidemment, il est possible de passer des commandes depuis notre site internet.

 

Qu’est ce qui vous différencie de vos concurrents?

 

Plusieurs choses sans quoi nous ne croirions pas autant à notre projet…tout d’abord, nous surfons sur la mode, voyez notre symbole « moustache » et celui de la tête de mort, très tendance, vous ne trouvez pas?

Deuxièmement, notre bon rapport qualité prix et je précise que le mouvement de nos montres est japonnais… Enfin, plus qu’une montre c’est surtout un message que nous voulons faire passer, un message subversif et décalé mais tellement empreint de réalisme. 

 

 

Je remerciais alors le Baron du temps qu’il m’avait accordé et je repartais avec le ferme intention de véhiculer son message…A vous de prendre le relais!

 

 

 

www.financekills.com

 

 

 

 

Tags from the story
,
Written By
More from firstluxe

Lancement de la Collection Capsule Mini Matryoshka par Carolina Herrera de Baez

Mercredi 11 Avril 2012, Carolina Herrera de Baez, fille de Carolina Herrera...
Read More