Défilé Fendi Haute Couture Automne/Hiver 2021

“Pasolini a observé Rome devenir moderne – et c’est ce qui m’intéresse : connecter les époques, l’ancien avec le nouveau, le passé avec le présent.” Kim Jones

 Si les débuts de Kim Jones dans la Couture retraçaient sa transition de l’Angleterre à Rome, l’automne/hiver 2021 le voit s’installer dans la Ville éternelle, où la poétique du réalisateur romain Pier Paolo Pasolini présente un objectif à travers lequel explorer la capitale. “Rome est une ville fascinante parce qu’elle a tant de passés – et j’ai été attiré par Pasolini parce que j’ai toujours été inspiré par sa vision du monde”, explique Jones. “Il est en quelque sorte un outsider dans l’histoire romaine, mais dont la voix reste constante”.

Le point de vue de Pasolini sur la réalité se reflète et se réfracte tout au long de la collection, avec des chapitres de l’histoire de Rome entrelacés et abordés dans un contexte contemporain. Dans une collection où rien n’est tout à fait ce qu’il semble être, où les formes et les tissus introduisent des illusions infinies, le cinéaste Luca Guadagnino encadre le spectacle à travers sa propre compréhension de Pasolini. “J’admire depuis longtemps le travail de Luca – et, c’est quelqu’un qui, comme Pasolini, aborde des sujets qui sont pertinents aujourd’hui”, déclare Jones. “Lorsqu’un historien se penche sur l’histoire, il le fait directement”, explique Guadagnino. “Mais lorsqu’un maître cinéaste et poète comme Pasolini regarde dans les yeux de l’histoire, son regard est un regard sublimateur. À travers lui, l’histoire devient une possession urgente et délicate du maintenant… le passé entre dans le présent et respire notre air.”

Le chevauchement des temporalités s’exprime le plus directement dans les pièces qui réaniment des vêtements anciens, leurs fourrures et leurs tissus étant scannés et réincarnés en jacquards de soie fantomatiques. Insérées dans des broderies de Cornely et des perles de cristal, elles situent une transfiguration poétique du passé dans le présent. Ailleurs, la vie est insufflée aux statues romaines qui entourent le Palazzo FENDI, leurs draperies de marbre étant désormais exprimées par des soies en trompe-l’œil, et les arches qu’elles habitent adaptées en talons de chaussures. La force de leurs silhouettes se traduit par de délicates mini-robes en dentelle, où les volutes classiques sont évoquées par des broderies complexes.

L’allure immortelle de la pierre italienne, et les méthodes de sa manipulation, apparaissent comme une constante. Les incrustations en pietra dura deviennent des intarsia en cuir souple, les plis en cuir pressé capturant l’esprit illusoire des sculptures du Bernin. Formés à partir de marbre italien, les bijoux sculptés à la main ondulent avec le mouvement, comme s’ils étaient figés dans le temps. Des mosaïques en nacre sont superposées sur des robes, des sacs à main et des chaussures en tulle, tandis qu’un pull-over est en agneau de Perse.

Le carrefour culturel de la Rome antique est reflété par une distribution diversifiée, comprenant des modèles de tous âges. “À l’époque, c’était le centre du monde”, explique Jones. “Je voulais inclure toutes les personnes qui l’auraient habitée à l’époque, ainsi qu’aujourd’hui”. L’esprit de FENDI, qui consiste à se tourner vers le passé de cette ville tout en se projetant vers l’avenir, est revitalisé une fois de plus. Un défilé poétique et d’une folle élégance. On adore!

www.fendi.com

More from Frédérique de Granvilliers

Shop-In Suzanne Ermann : Motif : Une Robe de Mariée

  29 rue de Tournon – Paris... La Boutique Suzanne ERMANN trône...
Read More