Les Souliers Rouges aux Folies Bergère : Enchanteur !

Si comme moi vous avez adoré l’album du trio Cœur de Pirate, Marc Lavoine et Arthur H, vous serez ravis de ré-écouter ces chansons « tubes » – « Vivre ou ne pas vivre, Qu’il est difficile.. », et d’admirer la troupe des Souliers Rouges qui vous embarque pour un voyage d’émotions aux Folies Bergère, jusqu’au 19 avril.

L’histoire de la naissance de ce spectacle musical composé par Fabrice Aboulker et Marc Lavoine commence en 2010..  «  lorsque Victor Bosch nous propose, à Marc et moi, d’écrire l’adaptation du conte d’Anderson «Les Souliers rouges», confie Fabrice Aboulker. «  Nous n’hésitons pas une seconde, conscients d’avoir un bijou entre les mains et l’opportunité d’allier nos expériences artistiques pour la réalisation de ce projet.

J’ai commencé par les thèmes musicaux en totale liberté, à l’aveugle. De son côté, Marc a posé les bases de la dramaturgie. Et la magie a opéré : mes mélodies semblaient faites pour les mots de Marc.

Dans les Souliers Rouges, chaque personnage a son thème.
Nous avons travaillé sur des orchestrations sensibles et évocatrices pour que, les yeux fermés, elles nous emmènent au plus près des personnages et nous fassent ressentir leurs émotions – la musique comme vecteur d’appropriation de ce qui se joue sur scène, et comme accompagnement des ballets.

La création musicale épurée s’appuie sur des pianos et guitares, des cordes, des bois et des cuivres et des chœurs classiques. Également quelques sons digitaux qui donnent une profondeur tout à fait particulière.

La dernière étape fut la recherche de notre casting : notre rencontre avec Loryn Nouray, Guilhem Valayé et Benjamin Siksou nous ont permis de créer leurs costumes «sur mesure». Ils ont été à la source de notre inspiration pour les tout derniers tableaux et nous avons adapté les mélodies à leurs voix, dans cet esprit de création ‘vivante’ ».

Un casting épatant pour ce joli conte où Victor, chorégraphe réputé de l’Opéra, décide de monter le ballet maudit « Les Souliers Rouges ». La légende dit que le diable hante toujours les couloirs de l’Opéra au sujet de ce ballet et qu’il aurait caché une paire de ballerines rouges. Ces chaussons magiques portent en eux un piège : «  Celle qui les chaussera connaîtra la renommée mais devra renoncer à l’amour, sinon la malédiction sera terrible ».

Victor recherche sans relâche son héroïne et comme dans Cendrillon, les ballerines choisissent leur Etoile, la ravissante Isabelle.. Le ballet connaît la gloire. Pourtant Victor, sait que le diable ne le laissera pas vivre le succès aussi facilement.

Ben, un jeune et beau journaliste, tombe amoureux d’isabelle, et la met, malgré lui, à l’épreuve…

Il est toujours magique d’imaginer que sa vie peut être différente de celle des autres, surtout quand on est une jeune jolie fille et que l’on rêve de devenir une grande danseuse. L’imaginaire prend le dessus sur la réalité.

Victor Bosch, co-producteur du spectacle, nous fait nous poser la question avec lui : «  Qu’est-ce qui compte le plus, la beauté, l’art, l’amour… ? L’idéal nous console-t-il de la vie ?

Notre héroïne, veut tout vivre à la fois, sa liberté, sa jeunesse, être la meilleure, célèbre dans le monde entier…

Même si cette ambition et cette recherche d’absolu deviennent diaboliques, cela vaut-il la peine qu’on y sacrifie sa vie ?

Le monde de la danse classique a des codes bien précis, travail, discipline, rigueur, mais il engendre surtout le rêve chez beaucoup de jeunes filles, d’atteindre un jour le graal en devenant danseuse étoile !

C’est ce rêve, cette poésie, cette force, que véhicule ce spectacle musical « Les Souliers Rouges » de Marc Lavoine et Fabrice Aboulker.

Toutes ces valeurs, cette féerie, ces attentes sont présentées sur scène sous les baguettes magiques d’un metteur en scène, et d’une chorégraphe de renom, respectivement Emmanuelle Favre et la danseuse étoile, Marie-Agnès Gillot qui signe des ballets enchanteurs et punchy, Jordan Magnee excellant dans sa scénographie lumière et vidéo.

A vous de juger et de vous laissez emporter par la magie de cette, comédie ballet, racontée par les chansons et les superbes chorégraphies et surtout venez avec vos petites danseuses dès 8 ans. Elles seront émerveillées et rêveront surement d’être à la place de Loryn Nouray, adorable Isabelle, repérée sur Instagram  ( !!!), Guilhem Valayé, révélé dans la saison 4 de The Voice, interprète le chrorégraphe et Benjamin Siksou, finaliste de la Nouvelle Star en 2008, le journaliste amoureux.

Les Souliers Rouges, à l’affiche des Folies Bergères, 37 rue Richer, Paris 9è. Du jeudi au samedi, jusqu’au 19 avril 2020.

Merveilleuse Isabelle, Loryn Nouray

 

www.foliesbergere.com

More from Frédérique de Granvilliers

Lily-Rose Depp égérie du maquillage Rouge Coco by Chanel

La jeune actrice franco-américaine vient de terminer le film  « Les Fauves » de...
Read More