Château Gala Dali, témoignage d’amour de l’artiste à sa muse, à Púbol en Catalogne

L’une des destinations préférées des français, notamment pour ses plages de la Costa Brava, sa proximité de Barcelone, de Gérone et autres villages plein de charme et d’histoire est la superbe région de Catalogne en Espagne. On s’y régale aussi et le choix de beaux hôtels y est impressionnant.

Côté culture, les fans de Salvatore Dali ne manqueront pas d’aller visiter «  le Triangle Dalinien », proposé par la Fondation Gala-Salvador Dalí, comprenant à Figueres, le Théâtre –musée Dali, la plus grande œuvre surréaliste créée par l’artiste polyédrique ; à Portlligat, sa Maison Musée, pour découvrir son intimité « Je me suis construit sur ces graviers : c’est ici que j’ai créé ma personnalité, découvert mon amour, peint mon œuvre, construit ma maison. Je suis inséparable de ce ciel, de cette mer, de ces rochers, lié pour toujours à Portlligat. » ; et à Púbol, à 10 mn de Gérone, le Château Gala Dali, où nous vous emmenons, né d’une promesse d’un romantisme fou entre les deux amoureux..

Le cadeau de Dali à Gala

«  Dali – Je t’offre un château gothique;   Gala ( photo ci-dessus)
– J’accepte avec une condition, que tu ne viennes me rendre visite au château que sur invitation; Dali – J’accepte, puisqu’en principe j’accepte tout à condition qu’il y ait des conditions. C’est le principe même de l’amour courtois. »

Elena Ivanovna Diakonova, Gala (1894-1982), passa l’acte d’achat du château de Púbol, demeure médiévale, le 1er juin 1970. Deux ans auparavant, Salvador Dalí avait décidé de tenir la promesse qu’il lui avait faite dans les années 30, celle de lui offrir un château. En 1968, alors que les travaux de construction du Théâtre-musée de Figueres allaient bon train, Dalí chargea ses collaborateurs de la recherche d’un château, pas trop éloigné de sa résidence à Portlligat. Lorsqu’ils lui montrèrent Púbol, près de la ville de Gérone et du Sanctuaire dels Àngels, où Gala et Dalí s’étaient mariés en 1958, il n’hésita pas un seul instant. Ce cadeau serait le refuge de Gala où Dalí, comme il l’affirmait lui-même, ne pourrait y accéder que … sur invitation rigoureuse !

Une décoration signée du Maître du surréalisme

En 1969, le château se trouvait dans un état avancé de détérioration, avec un jardin abandonné, une végétation qui envahissait tout, créant cependant une ambiance romantique qui captiva les Dalí et qu’ils tentèrent de préserver avec la restauration. Il s’agissait de créer un lieu secret, fermé, mystérieux, privé, avec des espaces d’une grande beauté.

Le château fut témoin d’une grande partie de la vie privée de l’artiste et figure actuellement comme étape sur la route des musées proposée par la Fondation Gala-Salvador Dalí.  La base du château consiste en une fortification du XIe siècle qui subit de nombreux ajouts et rénovations au fil des siècles. L’édifice présente pour cela une remarquable synthèse entre éléments gothiques et Renaissance, particulièrement visibles sur les trois étages de l’aile actuelle et du patio central, aux lignes hautes et élancées.  Mais c’est l’intérieur du château qui réserve le plus de surprises. Chargé de coordonner personnellement la restauration de la maison après son acquisition, Salvador Dalí a personnalisé toute la décoration intérieure, transformant ainsi les pièces et les autres espaces du château en une œuvre d’art, fidèle à son style personnel et surréaliste.

Château de Púbol. La Salle des blasons, la porte en trompe l’oeil par Salvator Dali. @ Foto cortesia Fundació Gala-Salvador Dali – Figueres – 2022

Le maître dessina deux cheminées, fit placer le G de Gala sur les portes pour marquer la propriété du domaine et peignit personnellement certaines œuvres pour le château : une grande huile intitulée Le chemin de Púbol (1971-73), le panneau du plafond de la Salle des blasons, une porte en trompe-l’œil et deux faux radiateurs, une sculpture de Gala sur métal et d’autres petites peintures qui sont distribuées dans toute la maison.

Château de Púbol. @ Foto cortesia Fundació Gala-Salvador Dali – Figueres – 2022
Château de Púbol. @ Foto cortesia Fundació Gala-Salvador Dali – Figueres – 2022
Château de Púbol. Panneau du plafond de la Salle des blasons par Salvador Dali. @ Foto cortesia Fundació Gala-Salvador Dali – Figueres – 2022
Sculpture d’éléphant dans le jardin du Château de Púbol. Un sujet récurrent des oeuvres de Salvador Dali. @ Foto cortesia Fundació Gala-Salvador Dali – Figueres – 2022

Je me suis contenté de décorer les plafonds pour que, lorsque Gala lève les yeux, elle me voit toujours dans son ciel, expliquait Dalí. Le grenier du château est la partie du bâtiment la plus transformée durant les derniers travaux de restauration et il accueille actuellement une exposition permanente de la garde-robe de Gala, Les atours de Gala, qui inclut depuis des robes de Christian Dior et Pierre Cardin jusqu’à des vêtements créés par le propre Salvador Dalí. Le reste du château a été laissé tel qu’il se trouvait durant les années où y vécurent Gala et Salvador Dalí.

Dernier voyage pour Gala

Château de Púbol. La Cadillac de Salvador Dali.
Château de Púbol. Le tombeau de Gala.

Gala mourut à Portlligat le 10 juin 1982, à 88 ans. Son dernier voyage, dans la Cadillac qui se trouve encore dans le garage du château, fut en direction de Púbol pour être enterrée dans la salle connue comme la Salle de la dîme. Après le décès de Gala, Dalí ne voulut pas la laisser seule dans la crypte et il s’installa au château, où il souscrivit pratiquement au même contrat de solitude et de retraite qu’elle avait pratiqué. Ce fut durant cette période à Púbol où le peintre réalisa ses dernières œuvres. Dalí vécut au château entre juin 1982 et août 1984, lorsqu’il dut être hospitalisé à cause des brûlures souffertes dans un incendie fortuit qui s’était déclaré dans sa chambre. Il s’installa alors dans la Tour Galatea de Figueres jusqu’à son décès en 1989.

L’une des terrasses du Château de Púbol, où Gala et Salvador Dali aimaient s’installer pour contempler le paysage et leur jardin.

Infos : Château Gala-Dali, Gala Dali, 17120 Púbol, Girona, Espagne ; tél +34 972 48 86 55  Entrée 9 euros.

www.catalunya.com

www.catalunyaexperience.fr

www.costabrava.orghttps://www.salvador-dali.org/fr/

www.renfe-sncf.com/fr

More from Frédérique de Granvilliers
Contours des yeux : 12 soins coups de coeur
Il ne nous reste en ce moment de pandémie, presque que.. nos...
Read More